Les polluants


Les fiches polluants

Vous trouverez ci-dessous un descriptif des principaux polluants de l’air, les sources potentielles, les effets sur la santé et l’environnement, ainsi que la réglementation :


Les familles de polluants

Deux grandes familles de polluants

Les principaux polluants atmosphériques se classent dans deux grandes familles bien distinctes : les polluants primaires et les polluants secondaires. Les polluants primaires sont directement issus des sources de pollution, qu’elles soient d’origine anthropique (humaine) ou naturelle. On y trouve des gaz tels que :

  • les oxydes de carbone
  • les oxydes de soufre
  • les oxydes d’azote
  • les hydrocarbures légers
  • les composés organiques volatils (COV)
  • les particules contenant ou non des composés métalliques (plomb, mercure, cadmium...) ou organiques

Ces polluants primaires peuvent se transformer dans la basse atmosphère, sous l’action des rayons solaires et de la chaleur, en polluants dits secondaires tels que l’ozone et autres polluants photochimiques (les PAN ou nitrates de peroxyacétyle, aldéhydes, cétones, etc.).

Par exemple, l’ozone (O3) résulte de la transformation chimique de l’oxygène au contact d’oxydes d’azote et d’hydrocarbures, en présence de rayonnement ultra-violet solaire et d’une température élevée. La formation de polluants secondaires nécessite un certain temps durant lequel les masses d’air se déplacent. Ce qui explique pourquoi les pointes de polluants secondaires (comme l’ozone) concernent des territoires souvent plus étendus que les pointes de polluants primaires.

Le choix des principaux indicateurs

Les polluants atmosphériques sont trop nombreux pour être surveillés en totalité. Certains d’entre eux sont choisis parce qu’ils sont caractéristiques de type de pollution (industrielle ou automobile) et parce que leurs effets nuisibles pour l’environnement et/ou la santé sont déterminés.

Ces composés sont appelés des indicateurs de pollution atmosphérique et font l’objet de réglementations.

L’observatoire Réunionnais de l’Air surveille ainsi :

  • Le dioxyde de soufre : SO2
    Les émissions de dioxyde de soufre dépendent de la teneur en soufre des combustibles (gazole, fuel, charbon...). A La Réunion, ces émissions ont principalement comme origine les centrales thermiques et le volcan. Le secteur automobile Diesel contribue dans une faible mesure à ces émissions.
  • Les particules en suspension : PM
    A La Réunion, le transport routier, les combustions industrielles, l’océan et le volcan sont parmi les prinicpaux émetteurs de particules en suspension. Certaines particules dites secondaires se forment à partir d’autres polluants.
  • Les oxydes d’azote : NOx
    Les émissions d’oxydes d’azote apparaissent dans toutes les combustions, à hautes températures, de combustibles fossiles (charbon, fuel, pétrole...).
  • L’ozone : O3
    L’ozone protège les organismes vivants en absorbant une partie des UV dans la haute atmosphère. Mais à basse altitude, ce gaz est nuisible si sa concentration augmente trop fortement. C’est le cas lorsque se produit une réaction chimique entre le dioxyde d’azote et les hydrocarbures (polluants d’origine automobile).Cette réaction nécéssite des conditions climatiques particulières :
    • fort ensoleillement
    • températures élevées
    • faible humidité
    • absence de vent
    • phénomène d’inversion de température
  • Le monoxyde de carbone : CO
    Les émissions de monoxyde de carbone proviennent essentiellement du trafic routier.
  • Les Composés Organiques Volatils : COV
    Les composés organiques volatils sont libérés lors de l’évaporation des carburants (remplissage des réservoirs), ou par les gaz d’échappement.


Mentions légales