Actualités de l’Air


Journée Nationale de la Qualité de l’Air

La deuxième édition de la Journée Nationale de la Qualité de l’air, organisée par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer (MEEM) se déroulera le 21 septembre 2016.

En cette année 2016, cette Journée Nationale de la Qualité de l’Air s’inscrit dans le cadre des 20 ans de la loi LAURE (Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie) qui reconnait le droit à chacun de respirer un air qui ne nuit pas à sa santé. Cette loi est à l’origine de la présence obligatoire d’un observatoire de l’air par région : le but étant, en 1996, de développer un réseau de surveillance sur tout le territoire. Aujourd’hui, les différentes AASQA (Associations agréées pour la surveillance de la qualité de l’air) - à l’aide des 650 stations de mesure implantées sur le territoire - surveillent, inventorient, modélisent, prévoient, alertent, informent, sensibilisent, réalisent des études sur la qualité de l’air et évaluent les actions mises en œuvre pour l’améliorer.

Depuis quelques années, on remarque un intérêt grandissant de l’opinion public pour les enjeux liés à l’air que l’on respire : 80% des Français se disent préoccupés par la qualité de l’air et 71% s’inquiètent des effets de la pollution de l’air sur leur santé (Source : Baromètre du Ministère de l’Environnement- 30/09/15).

L’objectif de cette Journée Nationale de la Qualité de l’Air est donc de faire prendre conscience aux citoyens de l’importance de respirer un air de bonne qualité. La qualité de l’air que l’on respire, à l’intérieur comme à l’extérieur est un enjeu sanitaire, environnemental et économique majeur. Le coût annuel de l’impact de la pollution de l’air sur la santé, les bâtiments, les écosystèmes et l’agriculture est d’ailleurs estimé à 101,3 milliards d’euros (Source : Rapport sur le coût économique et financier de la pollution de l’air du Sénat – 15/07/15).

Les Associations Agréées pour la Surveillance de la Qualité de l’air, dont fait partie l’ORA, proposent de faire connaître les solutions et bonnes pratiques pour réduire les émissions de polluants dans tous les secteurs, et d’informer sur les bons gestes en cas d’épisode de pollution.

Par l’information qu’elles délivrent au public, les AASQA participent à l’amélioration des connaissances sur ce thème : des solutions seront ainsi apportées au public pour réduire la pollution atmosphérique. Par exemple, privilégier la marche, le vélo, les transports en commun et le co-voiturage, couper le moteur de sa voiture lors d’arrêts même brefs, adopter une conduite souple et limiter sa vitesse, choisir un système de chauffage performant, ne pas brûler ses déchets verts sont 5 bonnes mani’air simples à adopter par chacun.

A cette occasion, des éco-gestes seront diffusés toute la semaine sur les panneaux à message variable des routes de La Réunion et lors des points radio afin de sensibiliser les citoyens aux bonnes pratiques liées à l’utilisation de la voiture en partenariat avec le Centre Régional de Gestion du Transport de la Région Réunion.


3èmes Assises nationales de la qualité de l’air : 22 et 23 septembre 2016

Organisées par le ministère chargé de l’environnement et l’ADEME, les 3è Assises nationales de la qualité de l’air se dérouleront les 22 et 23 septembre 2016 au Beffroi de Montrouge. 

Pour cette édition, l’action dans les territoires sera à l’honneur. L’objectif est de mobiliser l’ensemble des acteurs pour : échanger, valoriser les retours d’expériences, mieux connaître les outils mobilisables, et définir ensemble les bonnes pratiques pour changer les comportements en faveur de la qualité de l’air intérieur et extérieur, dans tous les secteurs d’activité. 

Élus, représentants de collectivités, représentants de l’État en charge de la santé-environnement, de l’urbanisme, de la mobilité, de la petite enfance et de l’éducation, entreprises et représentants des acteurs économiques, bureaux d’études, associations, universitaires…

Programme et inscription en ligne


Consultation publique : Projet d’arrêté relatif au mesures d’urgence en cas d’épisode de pollution atmosphériques à La Réunion

Conformément à l’article L.120-1 du code de l’environnement, le public a été invité à donner son avis sur le projet d’arrêté préfectoral relatif au mesures d’urgence en cas d’épisode de pollution atmosphériques par le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre, d’ozone et les particules fines sur l’île de La Réunion.

La consultation publique relative à ce projet d’arrêté préfectoral a été réalisée uniquement par voie électronique.

Le public a eu possibilité de faire connaître ses observations du mercredi 10 février 2016 au mercredi 9 mars 2016 inclus.

La consultation est désormais terminée et la synthèse des observations reçues, les motifs de l’arrêté et l’arrêté seront rendus publics sur le site internet des services de l’État de La Réunion pendant une durée de trois mois à l’adresse suivante :

http://www.reunion.gouv.fr/projet-d...


Cour des Comptes : Les politiques publiques de lutte contre la pollution de l’air

La Cour des comptes rend public, le 21 janvier 2016, un rapport sur les politiques publiques de lutte contre la pollution de l’air demandé par le comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale, en application de l’article 132-5 du code des juridictions financières.
La Cour constate qu’il n’existe pas en France de politique clairement structurée en la matière, mais un empilement de dispositifs hétérogènes, applications de directives européennes.
Plusieurs mesures ont eu des effets notables, comme le dispositif de surveillance de la qualité de l’air ou encore la diminution des rejets de polluants industriels.
À l’exception des secteurs de l’industrie et de la production d’énergie, le principe « pollueur-payeur » n’est toutefois pas appliqué (notamment dans les secteurs agricole et résidentiel-tertiaire), et celui de subsidiarité ne l’est pas complètement, ce qui porte préjudice à l’efficacité des différentes actions menées. De plus, les interventions sur le plan national perturbent les mesures prises au niveau local et ont pu retarder ou limiter la mise en œuvre d’outils efficaces.
La Cour estime que la lutte contre la pollution de l’air passe par une implication beaucoup plus forte de tous les agents économiques, y compris les particuliers. Elle formule 12 recommandations.

Vous pouvez consulter l’intégralité du rapport de la cour des comptes en suivant ce lien :

https://www.ccomptes.fr/Actualites/...


Mentions légales